topblog Ivoire blogs

04/03/2014

NON A TOUT REDEPLOIEMENT ARBITRAIRE !

 

ADRESSE AUX MILITANTES  ET MILITANTS

 

                                                         Camarade,

 

redeploiement2.jpgla CONVERGENCE NATIONALE DES ENSEIGNANTS DU SECONDAIRE DE COTE D’IVOIRE t’informe qu’en complicité avec certains syndicats du secteur Education-Formation Madame la Ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique procèdera à un redéploiement des enseignants  dits en «  sureffectif ».La CNES-COTE D’IVOIRE n’a pas été associée aux consultations qui ont  abouti à  cette prise de décision. En la matière la CNES-COTE D’IVOIRE estime que l’expression «enseignant en sureffectif » doit être appréhendée au regard des infrastructures scolaires et des effectifs dans les classes. Pour rappel, ces deux paramètres sont les critères primordiaux qui ont fait l’objet de la recommandation de l’OIT à l’UNESCO le 5 Octobre 1966, laquelle recommandation a été ratifiée par l’Etat de Cote d’Ivoire. Celle-ci stipule en son chapitre :


IX. Conditions favorables à l'efficacité de l'enseignement

85. Le travail de l'enseignant est si spécial et si utile qu'il devrait être organisé et facilité de manière à éviter toute perte de temps et d'efforts.

Effectifs des classes

86. Les effectifs des classes devraient être de nature à permettre à l'enseignant de donner à chacun de ses élèves une attention particulière. De temps à autre, on devrait pouvoir réunir les élèves par petits groupes, ou même les prendre un à un, pour leur donner, par exemple, un enseignement correctif. On devrait pouvoir aussi les réunir en grand nombre pour des séances d'enseignement audio-visuel.


Personnel auxiliaire

87. Afin de permettre aux enseignants de donner tous leurs soins à leurs tâches professionnelles, les établissements scolaires devraient disposer d'un personnel auxiliaire, chargé des fonctions étrangères à l'enseignement.

Auxiliaires d'enseignement

88. 1) Les autorités devraient doter les enseignants et leurs élèves d'auxiliaires modernes d'enseignement. Ces auxiliaires devraient être considérés non comme remplaçant le maître, mais comme permettant d'améliorer la qualité de l'enseignement et d'étendre le bénéfice de l'éducation à un plus grand nombre d'élèves.
2) Les autorités devraient favoriser les recherches sur l'emploi des auxiliaires d'enseignement et encourager les enseignants à prendre une part active à ces recherches.

Durée du travail

89. Le nombre d'heures de travail demandé aux enseignants, par jour et par semaine, devrait être fixé en consultation avec les organisations d'enseignants.

90. En fixant les heures de cours, il faudrait tenir compte de tous les facteurs qui déterminent la somme de travail que les enseignants ont à fournir tels que
a. Le nombre d'élèves dont l'enseignant doit s'occuper, par jour et par semaine;
b. Le temps qu'il est nécessaire de réserver pour la bonne préparation des cours et la correction des exercices;
c. Le nombre des différents cours à donner chaque jour;
d. Le temps exigé des enseignants pour participer à des recherches, aux activités parascolaires, pour surveiller les élèves et pour les conseiller;
e. Le temps qu'il est souhaitable de laisser aux enseignants pour informer les parents et s'entretenir avec eux des progrès des élèves.
91. Les enseignants devraient disposer d'assez de temps pour leur permettre de prendre part aux activités destinées à favoriser leur perfectionnement en cours d'emploi.


Par conséquent,  fort de ce qui précède camarade, la CNES-COTE D’IVOIRE te demande de prendre contact avec elle si tu es victime d’un redéploiement arbitraire.


Fait à Abidjan le 17 Février 2014

                                                           Pour le Comité Exécutif National

                                                           LE SECRETAIRE  GENERAL NATIONAL

                                                                     TRAORE OPINA DESIRE


08:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.